7.5.19

Visage pliage

Ombre et lumière. Voilà la quête que je poursuis dans mon travail sur le visage. Depuis quelques temps, j'oeuvre sur le relief seulement par incision et pliage. Il y a de multiples manières de faire. Dans les deux premiers exemples, je n'utilise que du papier blanc ou crème. C'est le pliage qui crée l'ombre.


Peut-être

Visage cri monde

L'ombre peut être renforcée par la couleur, surtout si le papier de départ n'est pas uni. 


C'est fini

Noirmoutier

Les formats sont 25x25. Notre lecture du visage est d'une grande complexité. Parfois l'expression qui advient est une surprise.

10.4.19

Exposition : Théâtre aux Mains Nues 2


L'exposition au Théâtre aux Mains Nues se poursuit jusqu'au 26 avril, du lundi au vendredi de 9h à 17h et les soirs de représentation. 

Grande tête

Elle est magnifiquement éclairée par Lionel. Venez voir et profiter du lieu qui est vraiment à découvrir...


Cris monde et L'homme qui dit oui


«Cri : lieu de la pulsion où l’énergie se cristallise, où ça pète, instant de l’existence quand les codes s’effacent depuis le cri primal jusqu’au dernier souffle.»



Installation à cris

http://www.theatre-aux-mains-nues.fr/

31.3.19

Résidence à l'accueil de jour les Balkans - restitution


Avec Evelyne Polletec et Antonio Nunez Da Silva, nous avons effectué une performance lors des deux restitutions de notre résidence à l'accueil de jour les Balkans : la première à la médiathèque Marguerite Duras dans le 20ème, la seconde dans le lieu même de l'accueil de jour avec les personnes âgées.
Les spectateurs ont, semble-t-il, été étonnés par la qualité des réflexions des patients et par la profondeur des relations que nous avons tissées avec eux et le personnel de l'accueil... Ce fut un temps chaleureux et sensible à l'image de la résidence elle-même, mêlant danse, musique, arts plastiques en direct et lecture. La grande toile et les histoires qu'elle véhicule ont impressionné.

Public regardant "Le Mur des Sensations", copyright photo Pierre Gleizes


Lors de la performance, j'écrivais des mots à l'aquarelle sur papier mouillé ou non, mots que j'effaçais à moitié avec de l'eau avant de les réécrire, de laisser la peinture fuser. Si le mot devenait incompréhensible, je l'écrivais à nouveau... et ainsi de suite...


Confiance, 29.03.19


Avec, 28.03.19

Je faisais de même avec un visage qui apparaissait et disparaissait au gré des couleurs...


Visage, 28.03.19

Articles précédents sur la résidence : ici et 
Résidence administrée par La Force Des Arts : https://www.laforcedesarts.org/

28.3.19

Hypolipo 4



Journal hypolipesque 3

Ma résidence à Orcet s'est terminée par deux lectures, l'une dans le village même, l'autre à la Gare de l'Utopie de Vertolaye. Durant les dix jours précieux de cette résidence, j'ai entamé l'écriture d'un texte intitulé provisoirement Devant et dont je ne sais encore où il va me mener. J'ai fait part de ce travail en l'état. Les retours ont été chaleureux. On m'a demandé de revenir partager le texte quand il serait achevé. Ce sera avec plaisir. Ci-dessous un extrait. 


Journal hypolipesque 4


...
S'arracher
Il faut s'arracher à la terre

Tu es arbre et tu dois t'arracher
Imagine la violence
La violence subie pire qu'une tempête 
Si tu dois t'arracher de la sorte
La violence, la privation, les horreurs enfoncées dans le corps à coups de hache, l'absence de futur
Tout cela est si énorme que tu réunis tes dernières forces et tu t'arraches
Tu perds tellement de toi en t'arrachant
Des racines qui restent enfouies
Des morceaux à vif qui se déchirent
Des lambeaux de ta chair qui se détachent même des années plus tard
Sauf que si tu restais tu serais perdu en totalité
Alors un jour
Va savoir
Tu te rassembles au mieux
Et tu t'arraches en espérant ne pas trop perdre
S'arracher est le seul mouvement possible
Le seul qui te laisse un maigre espoir
Un espoir que tu sais teinté de larmes
Un espoir bien que tu perdes une part de toi
Malgré la mort qui t'accompagne à chaque pas depuis que tu t'es arraché et que tu voyages
Oui, un espoir.
...

J'ai poursuivi également mon journal hypolipesque où se mêlent écriture et aquarelle... Une nouveauté que je compte bien développer...




Journal hypolipesque 5

Un grand merci à Aleth Bador (Orcet) et à Nathalie Carton (Vertolaye) pour leur accueil.

17.3.19

Exposition : théâtre aux Mains Nues

Du 26 mars au 26 avril 2019, j'expose au théâtre aux Mains Nues, 43 rue du Clos, 75020 Paris. 
Vernissage le 26 mars de 18h à 20h30 !


cri monde 152


Au menu, mes boites à cris, quelques sculptures et visages en relief, enfin de nombreux cris monde. En voici quelques-uns parmi les derniers.


Cri monde 160


Si vous ne connaissez pas le lieu, allez-y ! Il s'y passe toujours des événements singuliers, profonds et d'une grande poésie.


Cri monde 179


Des cris monde précédents ici et ici ou 

http://www.theatre-aux-mains-nues.fr/Pagetype2/16?menu=avecvous


14.3.19

Hypolipo 3

La résidence d'Hypolipo se déroule à Orcet, un village proche de Clermont-Ferrand. Le lieu, construit sur un reste de rempart, est agréable et comprend un fonds théâtre important. L'arrière de l'église toute proche donne sur une petite place. Une maison fait un angle. Elle porte deux indications : d'un côté Impasse des Forts, de l'autre Rue du Poète. Je ne peux m'empêcher d'y lire un encouragement : angle de rue, angle de vue... Les forts sont sans issue alors que le poète, lui...


Journal hypolipesque 2

13.3.19

Hypolipo 2



Journal Hypolipesque 1


Me voilà en résidence
Au présent
Non pas en projet
En devenir
J'y ai pensé
J'y ai rêvé
J'ai décidé je ferai ça et ça
Je me suis fixé un objectif
Même si je me disais que mon objectif justement c'est pas d'objectif
Toujours est-il que le temps s'est écoulé
Le moment est arrivé
On m'a reçu
On m'a donné la clef
On m'a dit : c'est là
J'ai fait : ah c'est chouette
Tu peux appeler si besoin
Super merci
On m'a laissé
Résultat : en résidence je suis
Donc je suis là pour quelque chose
Pas pour rien
Pour moi au moins
Et entre ce que j'ai imaginé et là maintenant il y a une différence
Un écart vertigineux
Le présent n'est jamais le futur qu'on a envisagé
Ecrire
Laisser advenir
Ce sont deux injonctions comme deux continents
L'Amérique l'Europe
Au milieu un océan et ses tempêtes
Je suis au milieu
Je navigue à vue
Pas de GPS de météo de stratège
Juste les étoiles et ma folie
Entre nécessité et nez au vent
Nécessité à quoi ?
Nez au vent à quoi ?
Petit matin
Horizon infini
Je bois le café
Faire confiance
Semble-t-il
Le futur sait...